Internet Multilingue et Sémantique

1 décembre 2018

internet

Les deux options techniques

Pour le support des utilisateurs de langue non anglo-saxonne, deux grandes options sont proposées.

  • la mondialisation (« globalization ») [doctrine du 'shaping the world' pour un e-commerce compris comme signifiant "English inside"] qui a été copiée dans bien d’autres secteurs. Elle est proposée par le consortium Unicode (IBM, Microsoft, Google, Yahoo!, Bibliothèques américaines). Elle consiste en :
  • l’internationalisation du médium anglais : extension du code ASCII à tous les jeux de caractères pour que les solutions prévues pour l’anglais puissent encapsuler les autres langues.
  • l’étiquetage des contenus : ceci va permettre d’informer les ordinateurs du contexte linguistique et commercial du contenu envoyé/reçu et de router les utilisateurs vers les contenus des langues qui leurs sont les « plus proches ».
  • la localisation des processeurs qui va permettre de décapsuler ce qui revient à la langue de l’ordinateur.
  • la multilinguisation qui va s’attacher à permettre la capacitation technique de chaque langue au même niveau que l’anglais aujourd’hui.

Le cout et l’impact stratégique des modifications nécessaires semblant peu attrayants aux Anglo-saxons ils ont tenté de faire prévaloir la mondialisation sur la multilinguisation.

  • l’internationalisation prédomine largement dans le monde informatique dont les besoins linguistiques sont réduits
  • l’IETF a documenté l’étiquetage des langues et assure sous gestion Unicode la base de données IANA correspondante, mais dans des conditions hautement disputées qui ont préservé une interopérabilité de départ avec l’ISO
  • la proposition très active présentée par le Royaume-Uni d’une « internationalisation » de la norme ISO 3166 qui est l’exemple prototype des techniques de multilinguisation n’a été supportée que par les seuls USA et Irlande et a donc été refusée par l’ISO/TC46. De nombreux travaux en cours et la position affirmée de l’ICANN lors du débat préparatoire à cette consultation (en ligne avec celle du SMSI) montrent que la multilinguisation n’est maintenant plus remise en cause.

La standardisation nécessaire

Il va sans dire que le multilinguisme unanimement considéré comme une priorité technique, culturelle et sociétale au sein du SMSI et de l’UNESCO est un challenge technique :

  • qui commence par la proposition d’un nommage internet multilingue où nous devons et voulons tous Aider à définir les noms de domaine ISO 10646 en français
  • et se poursuivra par une évolution du système de référentiel de l’Internet pour qu’il devienne multilingue.

La strate Sémantique

La strate sémantique est celle des métacoms qui se préoccupent d’interintelligibilité psi à psi au dessus de l’interconnectibilité prise à prise des signaux télécoms et de l’interopérabilité de bout en bout des contenus datacoms. La sémantique est le sens linguistique donné pour l’énonciateur, la pragmatique c’est le sens compris par le destinataire dans son contexte. On peut parler de sens absolu et de sens relatif.

Cette strate fortement présente dans la première technologie du réseau mondial (Tymnet), réclame une sécurité et un support du concept d’espace relationnel (les réseaux relationnels du réseau logique des réseaux physiques) qui réclame la couche présentation du modèle OSI dont ne dispose pas la technologie actuelle de l’IETF.

Une des applications sémantiques de l’Internet est celle du DNS (système de nommage qui associe la sémantique des noms de domaine à l’adressage numérique IP). La limitation ASCII du coeur protocolaire de l’Internet lui pose des problèmes pour le support d’un nommage linguistique.

L’autre application sémantique est l’e-mail qui souffre aussi très fortement de l’absence de couche présentation (le spam).

La strate sémantique est de ce fait reléguée au niveau applicatif, avec l’application notoire du Web Sémantique et tout le champs de développement des ontologies programmables et de leur interopérabilité selon la série de norme ISO 11179 du JTC1/SC32/WG2 concernant les registres de métadonnées (une ontologie est une encyclopédie dynamique munie de ses hyperliens. Ex. DNS ou Wikipedia).

Il est probable que le développement de l’Internet se fera par et pour le support des services de facilitation (aide à l’inter représentation pragmatique et à la compréhension du sens) entre interlocuteurs (traductions, référentiels communs, gestion du contexte relationnel, etc.)

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Bloggapart |
Bonplansinternet |
Gigapix |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Melo02
| Clbrits77
| Fanficspokemon